Economie et société Malgache 

Madagascar est un des pays les plus pauvres du monde avec un PNB annuel ne dépassant pas 250 dollars par habitant. Le salaire minimum mensuel, dans le secteur privé, y est inférieur à 35 euros.

• PIB : 9.912 millions dollars US (2011)
• Parité de pouvoir d'achat : 21.444 millions dollars US (2011)
• PIB par habitant : 465.01 dollars US (2011)
• Agriculture, forêt, pêche : 35.5% du PIB (2011)

L'agriculture et L'industrie

Madagascar est un pays essentiellement agricole, mais les surfaces cultivées occupent moins de 5% de la surface totale. Les sols deviennent de moins en moins fertiles et la dégradation de la couverture végétale a accéléré le phénomène d'érosion et de lessivage. Ainsi, 200 000 hectares de forêts disparaissent chaque année. Les techniques culturales traditionnelles persistent et ne permettent que de faibles rendements.
Le secteur primaire occupe la première place dans l'économie nationale et emploie plus de 70% de la population active. Il est à l'origine de 80% des recettes à l’exportation.
Les régions prospères sont les dépressions alluviales de l'Imérima et du Betsiléo.

Cultures d'exportation :café, vanille (premier producteur), sucre de canne, clou de girofle, cacao, coton, sisal, noix de coco

L'industrialisation du pays est entravée par l'absence de ressources énergétiques et l'insuffisance des voies de communication. L'activité industrielle, surtout limitée à la transformation des produits agricoles est localisée dans les villes d'Antananarivo, de Majunga et de Tamatave (principal port de commerce).

Industrie : agroalimentaire, textiles, verreries, cimenteries, usines de montage de voitures, raffineries pétrolières, engrais et produits pharmaceutiques.
Ressources naturelles : Graphite, chrome, sel, mica, quartz, pétrole, pierres précieuses, charbon, bauxite, minerai de titane.

Population

La population malgache compte environ 22 millions d'habitants (2012) et croît de 2,95 % par an. 75% des Malgaches vivent en zone rurale. La densité de la population est relativement faible (30 h/km2 en 2005) mais concentrée sur les Hauts Plateaux ce qui entraîne une pression anthropique considérable sur les ressources naturelles dans cette zone.
45% de la population a moins de 15 ans et seulement 3% plus de 65 ans. En 2011, l'indice de fécondité était de 4,96 enfants-femme et le taux de mortalité infantile de 75,21 pour mille. L'espérance de vie moyenne atteint 55 ans pour les hommes et 59 ans pour les femmes. Les taux bruts de natalité (41 pour mille) et de mortalité (11 pour mille) sont encore élevés, mais diminuent. Le taux de scolarisation a chuté de 50% en 15 ans.

La religion occupe une place très importante dans la société malgache, la quasi-totalité des habitants étant pratiquante, également répartie entre catholiques et protestants. La population reste cependant très fidèle au culte traditionnel selon lequel Zanahary est le créateur et les ancêtres objet de dévotion.

La sociabilité malgache exige des règles précises, notamment dans la conversation, et il est toujours bon de citer quelque proverbe de la sagesse malgache.
Le peuple malgache se répartit en 18 communautés principales, avec de nombreux métissages, en fonction de leurs origines ou des divisions des anciens royaumes :

Merina : «ceux des hauteurs»; d’origine asiatique (indonésienne) assez marquée, ils résident au centre de l’île
Betsileo : «ceux qui sont invincibles»; ils vivent dans la région de Fianarantsoa (centre-est)..
Betsimisaraka : «ceux qui ne se séparent pas»; tribu la plus importante vivant le long de la côte est.
Sakalava : «ceux des longues vallées»; ils occupent un territoire très vaste sur toute la côte ouest, du nord jusqu'à Tuléar (à l’ouest).
Antaisaka : «ceux qui viennent des Sakalava».
Antandroy : «ceux des épines», ils vivent à l’extrémité sud de l’île.
Mahafaly : «ceux qui font les tabous», voisins des Antodroys
Vezo : ce sont des pêcheurs de l’Afrique de l’Est installés au sud de l’île.
Bara : d’origine bantoue, ils arrivent d'Afrique.
Antakarana : «ceux de l'ankara : la falaise», au nord du pays.
Antemoro : «ceux du littoral».
Antaifasy : «ceux qui vivent dans les sables», sur la cote est.
Masikoro : au sud de l’île.
Antambahoaka : un groupe du Sud-Est d’origine arabe; ils se disent descendants de Raminia, un personnage parti de la Mecque vers le Xe ou le XIe siècle.
Tsimihety : «ceux qui ne se coupent pas les cheveux», vivant dans le Nord-Ouest.
Tanala : «ceux qui vivent dans la forêt», vivent sur les falaises de la côte Est, dans la forêt; ils détiennent un grand savoir sur les plantes médicinales.
Bezanozano : «ceux aux nombreuses petites tresses», sur la côte Est.
Sihanaka : «ceux qui errent dans les marais», ils habitent dans la région du lac Alaotra, au nord-est.

Leur langue est à peu près la même, à quelques variétés linguistiques près.